Rencontre avec Monia Sbouai, créatrice de la marque éco-responsable Super Marché

Rencontre avec la pétillante Monia Sbouai, éducatrice spécialisée reconvertie dans les métiers de la mode, qui fait revivre le tissu vintage avec sa marque Super Marché. Une griffe éco-responsable stylée.

Quel est votre parcours ?

J’ai commencé ma carrière dans le social, mais après une formation d’éducatrice spécialisée, j’ai voulu faire autre chose. Je suis donc allée à Londres où j’ai commencé une formation dans la couture. A mon retour sur Paris, j’ai entamé un CAP de prêt-à-porter. Je me suis ensuite familiarisée avec tous les métiers de la mode grâce à l’école supérieure des industries du vêtement. Je me suis par la suite formée chez Kenzo, Maison Kitsuné, et j’ai lancé Super Marché en septembre 2016. 

Qu’est ce qui vous a poussé à faire de l’upcycling ? 

J’ai toujours été attirée par le vêtement de seconde main, c’est moins cher et ça préserve la planète. Lorsque j’étais étudiante, je n’avais pas l’argent pour m’acheter  des marques de luxe. Aller dans les friperies était un moyen de porter des looks originaux et de changer à moindre coût. 

Combien de collection réalisez-vous par an ? 

J’ai deux collections par an. J’observe beaucoup les gens dans la rue, ça m’inspire. J’ai envie de créer des vêtements qui soient pratiques pour la journée mais que l’on puisse aussi porter le soir, enfin différemment en fonction du contexte. Je fais des pièces uniques, le même modèle est décliné plusieurs fois, mais chaque vêtement d’origine est différent. 

Comment travaillez-vous ?

J’achète des vêtements de seconde main sur le Bon Coin et dans les friperies parisiennes. Lorsque j’ai besoin de matière, j’achète des fins de rouleaux de tissus ou des chutes. Je travaille seule, je fais tout jusqu’à la coupe. Les pièces sont assemblées ensuite dans deux ateliers de couture parisien et dyonisien, qui permettent l’insertion professionnelle. Couturiers de métier ou formés pour le devenir, ces personnes assemblent les pièces en fonction de mon patron, afin de leur donner une nouvelle vie. 

Quels sont vos projets ? 

Je suis entrain de réaliser une ligne en collaboration avec Emmaüs  dans un lieu qui s’appelle la Friperie Solidaire. C’est vraiment chouette de développer cette collection. C’est la cohérence ultime que je voulais. Aller dans un endroit où les fringues se trouve parce qu’elles sont issues du don. Un lieu où il y a aussi des gens qui ont un petit atelier de couture, où j’apporte une caution stylistique, un regard fashion. C’est vraiment génial de proposer une collection mode et vertueuse avec une association comme Emmaüs. La boucle est bouclée.

Où peut-on trouver vos créations?

J’ai une boutique-atelier à Paris aux Grands Voisins, qui est l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Pauldans le 14ème arrondissement, chez Lekker Kkoncept store dans le 18ème, et Manifeste 011 dans le 11ème.

Infos Super Marché

Le surcyclage ou upcycling est l’action de récupérer des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d’utilité supérieure. On recycle donc « par le haut ».

Crédits photos collections Émilie Royer/
Portraits Joao Bolan pour Argot Magazine”

La Fashionerie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *