Allergène : substance susceptible de provoquer une allergie au sein d’un organisme.

Biologique : un produit biologique provient d’un mode de culture ou d’élevage excluant l’usage des pesticides et engrais chimiques de synthèse. L’agriculture biologique se fonde sur le maintien de l’équilibre environnemental et de la diversité biologique. Un produit, lorsqu’il est transformé, doit être composé d’au moins 95% d’ingrédients bio pour porter le logo AB. Signe officiel du Ministère de l’agriculture, ce logo garantit une qualité attachée à un mode de production respectueux de l’environnement. Les intervenants de la filière bio sont contrôlés, au moins une fois par an, par un organisme indépendant certifié agréé par les pouvoirs publics.

Biodégradable : se dit d’une substance qui peut, sous l’action d’organismes vivants, se décomposer en éléments divers dépourvus d’effet dommageable sur le milieu naturel. 

Certification : processus de vérification confié à un organisme tiers accrédité et impartial pour attester qu’un service, un produit ou un processus est conforme aux spécifications énoncées dans un cahier des charges (ce que peut être une norme). Ainsi, si certification et accréditation sont deux procédures de vérification, l’accréditation vérifie des compétences alors que la certification vérifie une conformité à un cahier des charges. 

Changement climatique : variation du climat due à des facteurs naturels ou humains. 

Cruelty free : un cosmétique est dit cruelty free si ni les matières premières qui le composent ni le produit fini n’ont été testés sur les animaux, conformément à la législation cosmétique européenne depuis 2013. Attention, cela ne veut pas dire que toutes les marques cosmétiques européennes sont aujourd’hui cruelty free – ce serait génial – étant donné qu’il existe d’autres lois européennes (obligeant le test de certains ingrédients) qui prévalent. En outre, une marque cruelty free ne commercialise pas ses produits sur le marché de la Chine, qui oblige encore ces tests. Comme pour la mention bio, une marque peut être non certifiée et pourtant être bel et bien cruelty free. A nous de nous renseigner en l’absence de labels. A noter qu’un cosmétique peut être cruelty free et non vegan.

Commerce équitable: relations commerciales durables avec les producteurs ou les ouvriers afin de leur assurer un revenu décent

Commerce éthique: qui respecte les conditions de travail. 

Commerce biologique : production des matières sans intrants (pesticides et autres cochonneries qui polluent les nappes phréatiques).

Développement durable: politique de développe- ment qui s’efforce de concilier la protection de l’environnement, l’efficience économique et la justice sociale, en vue de répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la capa- cité des générations futures de satisfaire les leurs.

D’origine naturelle : on dit qu’une substance est d’origine naturelle dès lors qu’elle est issue d’une transformation chimique faisant intervenir des ingrédients naturels. Rien de péjoratif, ni de mauvais pour la peau ou pour la santé, mais à ne pas confondre avec « naturel » ! Car un ingrédient d’origine naturelle n’a plus les vertus pures des ingrédients naturels et bruts combinés entre eux. Malheureusement, cette terminologie est très utilisée par des marques de cosmétiques non naturels pour tromper le consommateur. 

Ecocertification: procédure qui garantit qu’un produit ou un procédé de fabrication prend en compte, selon un cahier des charges correspondant, la protection de l’environnement; par extension, la garantie elle-même. ♦ Note : L’écocertification implique de la part des opérateurs économiques une adhésion volontaire au cahier des charges. 

Ecoconception: conception d’un produit, d’un bien ou d’un service, qui prend en compte, afin de les réduire, ses effets négatifs sur l’environnement au long de son cycle de vie,  en s’efforçant de préserver ses qualités ou ses performances. 

Ecodéveloppement : mode de développement fondé sur le respect de l’environnement.  

Économie circulaire : organisation d’activités économiques et sociales recourant à des modes de production, de consommation et d’échange fondés sur l’éco- conception, la réparation, le réemploi et le recyclage, et visant à diminuer les ressources utilisées ainsi que les dommages causés à l’environnement. 

Récupération des déchets  : opération de collecte et de tri des déchets, en vue du réemploi ou du recyclage de produits et de matériaux.

Recyclage des déchets : ensemble des techniques de transformation des déchets après récupération, visant à en réintroduire tout ou partie dans un cycle de production. 

LES LABELS & CERTIFICATIONS                       

                        BEAUTÉ

 Les certifications bio essentielles :
Il faut bien comprendre qu’il existe des organismes certificateurs d’une part et des labels qui sont apposés sur les produits.

                        Les organismes certificateurs permettent de certifier un produit en vue de l’obtention d’un logo prédéterminé.

                        Les organismes certificateurs sont Ecocert, Qualité France, Nature et progrès, Icea pour l’Italie et le BDIH par exemple pour l’Allemagne.

                        Les labels sont Cosmébio, Eco, Cosmos cosmebio, Cosmos natural, BDIH, Natrue (avec 3 niveaux différents selon les étoiles apposées dans le logo), et le logo Agriculture biologique européen pour certains produits cosmétiques et l’ensemble des aliments de la filière.

     BioOn appelle bio tout produit de beauté contenant des ingrédients issus de l’agriculture biologique – et donc forcément naturels. Le taux minimum accepté pour obtenir la certification bio varie selon les labels. A noter que certaines marques de cosmétiques sont non certifiées (coût important des labels) mais proposent tout de même des produits en partie ou 100% bio.

                        Nature et Progrès :
Cet organisme certificateur est le plus ancien sur le marché et s’est créé en 1964 afin de faire reconnaître l’agriculture biologique qui était à ses prémices à cette époque. Réunissant des professionnels et des consommateurs pour défendre une cause commune, mettre en place une agriculture qui respecte le vivant et la préservation de l’écologie et de l’environnement. Il s’agit de l’organisme de certification le plus ancien et qui a lancé le rôle de la certification indépendante dans le monde de l’alimentaire, en mettant en place un système d’assurance qualité active, au niveau national et local. En ce qui concerne la cosmétique, le logo et la certification les plus majoritairement demandés à Nature et Progrès sont les labels cosmebio.


                        Qualité France:
C’est une certification proposée par la société bureau veritas qui est aussi disponible en France et en Europe. Qualité France permet aussi d’obtenir plus récemment le logo cosmos au même titre que les autres organismes de certification. Le modus vivendi de Qualité France est “un engagement pour le bio” !

                        Que cela soit l’assurance donnée aux consommateurs d’obtenir une denrée alimentaire fabriquée à partir d’ingrédients bio, ou en ce qui concerne le respect de l’environnement, de l’écologie et du bien–être des animaux, Qualité France est un organisme de contrôle qui permet de tracer le produit de la production à la commercialisation. L’éthique et le développement durable sont au centre de leur préoccupation. 


                        EcoCert :
Ecocert est le label le plus important en France et a établi des standards précis en matière de produit naturel et de produit bio. Ces standards définissent un niveau de qualité supérieure en relation avec les critères européens concernant les cosmétiques bio et permettent de conserver à un niveau élevé la norme ne terme de substances naturelles utilisées en cosmétique bio et en eco cosmétique. Ces standards de qualité définissent également les normes de production pour respecter l’environnement et l’écologie en terme de résidus et de déchets.

                        Ecocert existe depuis une quinzaine d’années maintenant, s’est imposé en France et en Europe en ce qui concerne la certification des aliments, des compléments alimentaires et des cosmétiques bio et écologiques. La démarche de Ecocert s’inscrit dans le cadre législatif européen qui consiste à développer le marché des produits issus de l’agriculture biologique, en contrôlant la conformité des produits selon les Règlements officiels de l’agriculture biologique. Ecocert comme tous les autres organismes certificateurs sont agréés par les pouvoirs publics.

                        La société ECOCERT contrôle et certifie les produits et les cosmétiques selon les règles des différents marchés nationaux : 

                        – Pour la France et l’Europe : selon le Règlement (CE) N°834/2007 et les cahiers des charges privés

                        – Pour les Etats-Unis : selon le Règlement NOP (National Organic Program)

                        – Pour le Japon : selon le Règlement JAS (Japanese Agricultural Standard)

                        L’expertise de Ecocert repose sur des équipes solides qui auditent toutes les années les intervenants des différents secteurs d’activité de la filière biologique. Les inspections rigoureuses permettent de renouveler d’année en année les certifications allouées aux entreprises et aux intervenants. La traçabilité est aussi complète de la production à la commercialisation, assurant une certification complète de toute la chaine de la filière concernée.

                        Ecocert alloue un code de certification à la société concernée, et met à la disposition des intervenants de la filière d’apposer le logo ecocert ainsi que la mention certifié par Ecocert, mais ceci n’est pas obligatoire au niveau de l’étiquettage. 


                        BDIH
Le BDIH est l’équivalent de Ecocert en Allemagne.

                        Le BDIH est une association sans but lucratif qui est financé essentiellement pour les producteurs de cosmétiques bio. Le BDIH a vu le jour en 1996, et est une véritable association des sociétés commerciales et industrielles allemandes dans le secteur des cosmétiques bio certifiés. Les cosmétiques certifiés naturels par ce label BDIH prennent en compte l’utilisation de matières premières comme les huiles végétales, les lipides et les cires, les extraits de plantes et les huiles essentielles comme tous les composants aromatiques utilisés en cosmétique bio. Tous ces ingredients doivent être obtenus de cultures bio contrôlées ou d’origine sauvage controlée selon les guidelines édités par le BDIH.

                        Le Bureau de certification BDIH met en place des certifications alimentaires, des certifications des produits diététiques et des compléments alimentaires, des cosmétiques bio, des produits de maquillage bio et de certains produits médicaux. Plus de 400 entreprises sont membres du BDIH à ce jour.

                        Il existe donc des listes positives d’ingrédients autorisés pour obtenir le label BDIH, comme il existe des listes d’ingrédients bannis et que l’on ne peut pas utiliser, comme certains colorants organiques synthétiques, des substances aromatiques synthétiques, des matières premières éthoxylées, des dérivés du pétrole comme les silicones, la paraffine et d’autres ingrédients chimiques dérivés du pétrole. 

                        La Priorité est donnée aux extraits végétaux de culture BIO, aux bases lavantes et aux émulsifiants d’origine végétale, obtenus par des techniques “douces” comme l’hydrolyse ou l’esterification. Aucun test cosmétique n’est effectué sur les animaux. Le bdih autorise une utilisation de certains conservateurs cosmétiques comme l’acide benzoique ou l’acide sorbique, avec la mention “conservé avec…”

                        Une liste positive est la base de la certification du BDIH, répertoriant tous les ingrédients comsétiques autorisés. 


                        BDIH est un standard assez strict :
- Il comprend une liste de matières premières végétales qui doivent toujours être bio.
- Il interdit certaines substances nocives : parfums ou colorants synthétiques, silicone, paraffine et autres dérivés du pétrole.
On distingue :
- BDIH organic : minimum 95 % des ingrédients qui peuvent être certifiés bio sont bio. Il s’agit par exemple des huiles végétales, des parfums…mais ça ne concerne pas l’eau et les minéraux.
- BDIH natural : moins de 95 % des ingrédients certifiables sont bio. 


                        ICEA
: Il s’agit de l’institut de certification éthique et environnementale italien.

                        L’ICEA a mis en place une charte concernant l’utilisation et la commercialisation de cosmétiques bio, éco responsables et qui préservent également l’environnement.

                        Les cosmétiques bio ainsi labellisés ne doivent pas contenir de substances chimiques, qui peuvent être dangereuses pour la santé, pour les animaux et pour l’environnement.

                        Le label ICEA quand il est utilisé, garantit la sureté que le produit ainsi commercialisé a suivi une batterie de contrôles sur les matières premières utilisées et sur le produit fini lui-même.

                        ICEA certifies plus de 170 sociétés différentes et est très actif dans le secteur de la cosmétique biologique en labellisant plus de 3000 produits. 

                        Enfin, ICEA est reconnu au niveau international dans tous les pays d’Europe au même titre que les autres organismes de certification.

                        ICEA s’intéresse aussi aux garanties apportés à certains ingrédients utilisés en cosmétique afin de répondre à des types de peau particuliers comme les peaux sensibles et allergiques, afin de garantir des tests dermatologiques certifiés.

                        Les adhérents et utilisateurs du label ICEA doivent enfin utiliser des bouteilles et des packagings recyclables et écologiques. 


                        Soil Association
Le label de certification Soil association (Royaume Uni) : La beauté bio est en train de prendre un plein envol et de plus en plus de marques qui apparaissent sur le marché et avec beaucoup plus de consommateurs et de consommatrices.

                        Le marché de la cosmétique bio et de la cosmétique naturelle a augmenté de 34.6 % entre 2015 et 2016, et cela provient d’une part de l’offre mais aussi d’une prise de conscience des consommateurs plus orientés vers la santé et la beauté naturelle, qu’il fallait faire attention aux formulations cosmétiques, qu’ils réclament des produits plus proches de la nature, et qui ne sont pas en opposition avec elle et que en plus les cosmétiques doivent avoir une qualité irréprochable tant au niveau des textures que au niveau de l’efficacité. En plus des labels apposés sur les emballages, la Soil Association a mis en place des campagnes d’information pour promouvoir la beauté bio et le bien-être au naturel en organisant la semaine de la beauté bio et du bien-être au naturel chaque année. Nous mettons également l’accent sur le potentiel de lavage écologique dans l’industrie grâce à notre Campagne pour l’utilisation de lessives écologiques.

                        Un sondage récent effectué par la Soil Association auprès de 1000 consommateurs a révélé que 77% des consommateurs seraient rassurés par une véritable accréditation organique. L’enquête a également révélé que les consommateurs seraient plus susceptibles d’acheter un produit bio avec une accréditation et que cela serait très positif vis-à-vis de la marque et du détaillant qui leur vendraient cette marque.

                        Les normes de qualité pour les produits de beauté bio sont basées sur les normes alimentaires. Cela signifie que si un ingrédient est disponible en bio, il doit être utilisé. Les ingrédients restants doivent répondre à des critères stricts pour s’assurer qu’ils ne nuisent pas à la santé ou à l’environnement. La Soil Association approuve les formules et les étiquettes des différents produits mis sur le marché et inspecte chaque année l’usine de production des fabricants selon qu’il s’agisse de compléments alimentaires ou de cosmétiques bio. 


                        Certech
Au Canada, la certification des produits naturels et biologiques utilise la norme IOS Cosmetics établie par Certech, une société privée. Un minimum de 95% des ingrédients doivent être d’origine naturelle. Les produits qui obtiennent la certification en tant que biologique doivent également utiliser des ingrédients bio certifiés. L’emballage doit être recyclable et les produits et leurs ingrédients individuels ne doivent pas être testés sur des animaux, doivent être pratiquement exempts d’ingrédients synthétiques et ne doivent pas contenir de pesticides, de conservateurs nocifs, de colorants artificiels et de parfums (IOS Cosmetics Standard 2008). 


                        NSF / ANSI 305
La Certification biologique des cosmétiques aux Etats Unis : Au cours des dernières années, le marché des produits de soins personnels naturels et bio a rapidement augmenté dans le monde entier. Bien que le terme «naturel» ne soit pas réglementé, le terme «biologique» peut ou devrait être utilisé uniquement si le produit a été certifié par un programme de certification autorisé. Aux États-Unis, plusieurs programmes de certification sont disponibles: L’ANSI 305 établie par la NSF.

                        Le programme national organique (NOP) établi par le département d’état USDA (US Dept. Agriculture) est plutot destiné pour les aliments et les compléments alimentaires.

                        Et le programme OASIS (Normes de l’industrie biologique et durable) est établi par l’industrie cosmétique.

                        NSF / ANSI 305: Produits de soins cosmétiques contenant des ingrédients bio.

                        NSF International a publié une nouvelle Norme nationale américaine pour les produits de soins cosmétiques contenant des ingrédients biologiques. L’American National Standard a été développé conformément aux exigences énoncées par l’American National Standards Institute (ANSI), une organisation privée à but non lucratif qui administre et coordonne le système de normalisation et d’évaluation de la conformité des produits cosmétiques bio aux USA. Les normes ANSI sont élaborées en fonction des principes de procedures de production, de commercialisation, de participation et de consensus. NSF / ANSI 305 a été développé par l’ensemble de l’industrie et tous les intervenants qui sont directement et indirectement touchés par cette norme.

                        Catégories d’étiquetage bio:

                        NSF / ANSI 305 définit les exigences en matière d’étiquetage et de commercialisation pour les produits de soins cosmétiques contenant des ingrédients bio. La norme habituelle permet l’allégation «contient des ingrédients bio» du moment que le produit contient plus de 70% d’ingrédients bio et que le reste de la formule soit conforme à toutes les autres exigences de la norme. Pour comprendre les subtilités des formulations de produits de soins cosmétiques bio et éliminer la confusion des consommateurs, la norme NSF est conçue uniquement pour les allegations «contient des ingrédients bio» et permet des matières premières chimiques limités qui sont typiques des produits de soins cosmétiques mais qui ne seraient pas autorisés pour les produits alimentaires bio. NSF / ANSI 305 exige également que les entreprises indiquent le pourcentage exact d’ingrédients bio en fonction des exigences de la norme. 


           Programme national biologique du USDA
Le National Organic Program (NOP) est le cadre réglementaire fédéral régissant les aliments bios. Ce programme a été promulgué en octobre 2002 et est administré par l’USDA. La loi sur la production de produits bio de 1990 exigeait que l’USDA élabore des normes nationales pour les produits bio. Le NOP couvre en détail tous les aspects de la production alimentaire, de la transformation, de la livraison et de la vente au détail. Contrairement aux aliments et aux boissons bio, l’USDA n’a pas créé de normes bio ou naturelles spécifiques pour la formulation et l’étiquetage des produits de soins cosmétiques contenant des ingrédients bio.

                        Si un produit de soins cosmétiques contient ou est composé d’ingrédients agricoles et peut satisfaire aux normes de production, de manutention, de traitement et d’étiquetage de l’USDA / NOP, il peut être admissible pour être certifié conformément aux règlements NOP. De plus, les processus de fabrication qui produisent les ingrédients agricoles biologiques, les intermédiaires de production de ces ingrédients agricoles et le fabricant du produit final doivent tous être certifiés par un agent certifiant bio agréé par l’USDA.

                        Catégories d’étiquetage bio:

                        – 100% bio: le produit doit contenir (à l’exclusion de l’eau et du sel) uniquement des ingrédients produits de manière biologique. Les produits peuvent afficher le label bio USDA et doivent afficher le nom et l’adresse de l’agent de certification.

                        – bio: le produit doit contenir au moins 95% d’ingrédients produits biologiquement (à l’exclusion de l’eau et du sel). Les ingrédients restants du produit doivent consister en des substances non agricoles approuvées sur la Liste nationale positive ou des produits agricoles non organiquement produits de façon bio qui ne seraient pas disponibles sur le marché sous forme bio, également sur la Liste nationale positive. Les produits peuvent afficher le label bio USDA et doivent afficher le nom et l’adresse de l’agent de certification.

                        – Fabriqué avec plus de 70% d’ingrédients bio: les produits contiennent au moins 70% d’ingrédients biologiques et l’étiquette du produit peut énumérer jusqu’à trois des ingrédients bio ou des groupes d’ “aliments” sur le facing du produit. Par exemple, une lotion pour le corps fabriquée avec au moins 70 pour cent d’ingrédients bio (à l’exclusion de l’eau et du sel) : seules les actifs végétaux bio peuvent être mis en evidence, ce qui donnerait «lotion pour le corps fabriquée avec de la lavande bio, du romarin et de la camomille», soit lotion pour le corps produite avec des plantes bio. Les produits ne peuvent pas afficher le label bio USDA et doivent afficher le nom et l’adresse de l’agent de certification.

                        – Fabriqué avec moins de 70% d’ingrédients bio: les produits ne peuvent pas utiliser le terme “bio”. Cependant, ils peuvent identifier les ingrédients spécifiques qui sont certifiés USDA comme étant produits de façon biologique sur la déclaration des ingrédients sur le panneau d’information. Les produits ne peuvent pas afficher le label USDA et ne peuvent pas afficher le nom et l’adresse d’un agent de certification. 


           Normes de l’industrie bio et durable (OASIS)
OASIS est une organisation à but non lucratif (association loi 1901 à l’américaine) fondée par plus de 30 fournisseurs, fabricants et distributeurs de produits cosmétiques, y compris les grandes marques mondiales et les fabricants de marques privées, mais aussi les plus petites marques spécialisées et les fournisseurs de matières premières. OASIS a été créée pour apporter une véritable norme de l’industrie puisque le programme national bio USDA a été conçu principalement pour l’industrie alimentaire, mais pas pour l’industrie cosmétique, et puisque les normes USDA limitent certains types de «chimie verte», ce qui provoque des problems importants pour fabriquer des cosmétiques bio aux USA.

                        OASIS reconnaît que la chimie verte est une partie nécessaire de la production de cosmétiques bio, mais il existe une bonne et mauvaise chimie. OASIS certifie les ingrédients du flux d’approvisionnement bio tout au long du processus de production, jusqu’au produit fini. Avec ces outils, les fabricants peuvent fabriquer des produits de santé et de beauté dits bio selon la norme OASIS 100.

                        Catégories d’étiquetage bio:

                        – bio: Pour apposer le terme “bio” le produit doit contenir plus de 95% d’ingrédients bio.

                        – Fabriqué avec des ingredients bio : le terme “fabriqué avec des ingredients bio” est possible avec un contenu bio minimum de 70% avec des critères supplémentaires demandés pour les 30% restants des ingrédients. 


                        Organic Consumers Association
Jusqu’à présent, OCA, l’association des consommateurs de bio a été très proactif dans cette affaire en lançant et soutenant des plaintes, des boycotts et même des procès contre des fabricants de produits cosmétiques bio qui utilisaient le terme «bio» sur les étiquettes sans la certification USDA.

                        En conséquence, les détaillants sont de plus en plus disposés à vendre des produits de soins cosmétiques bio non certifiés par le USDA, car la réglementation USDA est trop contraignante. 


                        Australian Certified Organic
Le Australian Certified Organic Standard est le cadre australien pour les entreprises certifiées bio quiveulent utilise le label bio australien Australian Organic. En Australie, l’Australian Certified Organic Standard regroupe les exigences de toutes les normes nationales et internationales pertinentes afin que les consommateurs puissent faire un choix simple et rapide lors de l’achat de produits biologiques (Australian Certified Organic Standard). 


                        Cosmébio
La différence entre ECO et cosmebio: 

                        Eco consiste à avoir 95 % d’ingrédients naturels dans la formule

                        Cosmebio consiste à avoir 95 % d’ingrédients végétaux bio dans la formule, 95% des ingrédients sont naturels ou d’origine naturelle et 10 % minimum des ingrédients du produit fini doivent être bio du fait de l’ajout éventuel de l’eau.

                        – 95% minimum des ingrédients sont naturels ou d’origine naturelle

                        – 95% minimum des ingrédients végétaux sont bio

                        – 10% minimum des ingrédients du produit fini sont bio.

                        Cosmebio permet d’avoir des cosmétiques certifiés par un organisme de certification agréé et indépendant selon des référentiels français et européen.

                        Le label Cosmébio est apposé uniquement sur des cosmétiques bio certifiés selon 3 référentiels

                        -Le référentiel européen, COSMOS , né en 2009 afin d’essayer d’harmoniser l’ensemble des règles européennes (obligatoire pour tout nouveau produit mis sur le marché à partir de janvier 2017). Ce référentiel Cosmos offre deux niveaux de certification : la cosmétique Bio (COSMOS ORGANIC) et la cosmétique naturelle (COSMOS NATURAL). Depuis le 1er janvier 2017, il est LE référentiel de référence pour tout nouveau produit mis sur le marché. Le respect du référentiel est contrôlé par Bureau Veritas, Ecocert et bientôt le BDIH. 

                        Le règlement COSMOS reprend des normes très précises qui existent déjà dans chaque norme ancienne, concernant la mise à disposition des matières premières, le mode de production et l’absence de traitements ou de tests sur les animaux. 


                        Cosmébio
La différence entre ECO et cosmebio: 

                        La certification COSMOS a permis la réunification récente de plusieurs labels européens : BDIH (Allemagne), Cosmebio et Ecocert Greenlife (France), Icea (Italie) et Soil Association (Royaume-Uni). La première phase de changement associe la mention Cosmos au visuel des différents labels.

                        Les standards de COSMOS sont identiques à ceux que edictait par exemple Ecocert, à la différence, que ces nouveaux standards sont plus drastiques sur l’éco-responsabilité et le recyclage des contenants.

                        Cosmos interdit les OGM, les nano-matériaux, certains processus de fabrication.

                        La certification des produits cosmétiques est divisé selon les cas en 2 catégories distinctes: * COSMOS Organic, le plus strict :

                        – Au moins 20% du produit total doit être bio (10 % pour les produits à rincer, les lotions et les produits contenant au moins 80% de minéraux ou d’ingrédients d’origine minérale).

                        – Minimum 95% des ingrédients doivent être issus de l’agriculture, de l’aquaculture ou de la récolte sauvage et transformés physiquement et doivent être bio.

                        – Certains ingrédients sont tenus d’être toujours bio (une liste positive précise d’huiles végétales, de fruits, d’alcool (éthanol) est donnée…).

                        * COSMOS Natural : il n’y a pas de minimum requis pour les ingrédients bio mais au moins 95 % des ingrédients doivent être d’origine naturelle.

                        – Les 2 référentiels français de Cosmébio sont destinés dans le futur à être remplacés par le référentiel: le référentiel Ecocert et le référentiel Bureau sont encore en vigueur pour les cosmétiques certifiés avant le 1er janvier 2017.

                        La différence entre le label ECO et le label bio de Cosmebio : 

                        Eco Comsebio

                        Le label ECO – de moins en moins visible sur les produits – répond aux mêmes exigences que le label BIO mais contient au minimum 50% d’ingrédients végétaux issus de l’agriculture biologique au lieu de 95.

                        Minimum 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle

                        ingrédients issus de l’agriculture biologique : Minimum 5% du total des ingrédients

                        ingrédients issus de l’agriculture biologique : Minimum 50% des ingrédients certifiables

                        Maximum 5% d’ingrédients de synthèse

                        Bio Cosmebio

                        Minimum 95% d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle

                        ingrédients issus de l’agriculture biologique : Minimum 10% du total des ingrédients

                        ingrédients issus de l’agriculture biologique : Minimum 95% des ingrédients certifiables

                        Maximum 5% d’ingrédients de synthèse

                        Une traçabilité garantie par le label Cosmebio

                        Un produit labellisé Cosmébio est contrôlé à chaque étape de son cycle de vie, de la matière première, en passant par la production, jusqu’au produit fini :

                        Ecocert surveille l’origine des matières premières, Le procédé de transformation, la fabrication du produit fini , l’étiquetage et la communication faite sur l’emballage et l’impact du produit sur l’écologie et l’environnement.

                        La différence entre le label bio Cosmos et le label bio Cosmebio : 

                        La mention COSMOS qui est une évolution de Cosmebio, remplacera à terme le label cosmebio. Le label Cosmos a pour but d’aider les consommateurs à repérer plus facilement les cosmétiques bio répondant aux mêmes exigences, d’un pays à l’autre, en Europe. Cette démarche est légitime car avec l’ouverture des frontières aux personnes et aux produits, il était devenu difficile de s’y retrouver entre les différentes certifications nationales. La portée européenne de ce référentiel COSMOS prévoit qu’à terme, plus de 85% des cosmétiques certifiés bio dans le monde porteront la signature Cosmos. Les sociétés adhérentes et/ou certifiées par les membres fondateurs (Cosmebio, Ecocert, BDIH, Soil Association et ICEA), représentent déjà aujourd’hui une grande majorité des produits certifiés dans le monde : plus de 2000 marques, distribuées dans 50 pays, avec plus de 45 000 produits cosmétiques bio. Cosmos a donc un bel avenir malgré les quelques réticences allemandes des adhérents Natrue !

                        Concernant les ingrédients et les formules, la mention Cosmos Organic, le référentiel le plus exigeant en Europe à l’heure actuelle sera apposée sur les cosmétiques contenant :

                        > 95 à 100% d’ingrédients naturels (comme auparavant)

                        > 95 à 100% d’ingrédients bio sur les ingrédients végétaux (comme auparavant)

                        > Maximum de 5% d’ingrédients approuvés dans une liste positive (comme auparavant)

                        avec 2 nouveaux critères dans le référentiel Cosmos qui rend la cosmétique bio encore plus exigeante qu’elle ne l’était auparavant :

                        La teneur en ingrédients bio sur le total des ingrédients augmente, passant de 10 à 20%

                        On comptabilise dans ce référentiel, la présence de l’eau, ce qui donne des pourcentages plus faibles que certains référentiels étrangers ou allemands qui ne prennent pas en considération l’eau dans les calculs de pourcentages. L’harmonisation des labels est en cours…

                        La biodégradabilité : seuls les ingrédients biodégradables sont acceptés dans les formulations. 


                        Natrue


                        Le Label de certification NATRUE a été fondé en 2008.

                        Natrue établit des critères élevées en matière de contrôle des cosmétiques bio et naturels. Natrue a été créé pour favoriser une meilleure perception du consommateur dans la jungle des certifications cosmétiques et biologiques. Natrue a été créé en 2008 par l’association des fabricants allemands de cosmétique bio pour avoir une image internationale et proposer un label cohérent. Tous les produits cosmétiques bio allemands sont en fait labellisés Natrue dont Weleda d’origine suisse.

                        Natrue est le label qui est apposé sur le produit et qui certifie que le produit a été contrôlé de a à z et que ses ingrédients ont subi un contrôle de leur production à leur mise en flacon. Le processus de certification est suivi par des organismes de certification indépendants accrédités par le IOAS.

                        Natrue porte une attention toute particulière aux ingrédients utilisés dans les cosmétiques certifiés, et aussi pour proposer une réglementation indépendante homogène et claire pur le consommateur.

                        – Un Comité scientifique indépendant détermine quels ingrédients naturels peuvent être acceptés ou refusés, quels doivent être les seuils minimums et maximum pour la naturalité de l’ingrédient original soit conservé, en sachant qu’il est autorisé des modifications douces de l’ingrédient végétal afin de le rendre utilisable en cosmétique, on parle d’une certification raisonnée et responsable, tout en ayant des critères de qualité très importants.

                        – Les organismes Certificateurs doivent être Approuvés par le comité et en charge des activités de contrôle sur les aliments, les cosmétiques, les textiles et les différentes normes écologiques, assurant également dans le temps la conformité d’une part des ingrédients et d’autre part de la production et des processus de production. Ces mêmes organismes certificateurs sont eux même contrôlés par le IOAS tous les 4 ans.

                        Les membres adhérents de NATRUE sont les grands producteurs de produits cosmétiques naturels et bio d’Europe et en particulier d’Allemagne et ont été les pionniers en la matière. Actuellement, l’Europe est le leader mondial sur le marché des cosmétiques bio eta un temps d’avance sur les Etats unis et sur l’Asie.

                        Les membres adhérents et fondateurs de NATRUE ont voulu mettre au point un label international des plus compréhensifs pour les consommateurs et assurant un niveau de qualité optimale. Les processus de fabrication sont aussi adaptés aux nécessités industrielles. Le label Natrue a été aussi créé en réponse à la confusion créée par les différents labels nationaux, encore source aujourd’hui d’incompréhension des consommateurs. Natrue a été lancé avant la mise en avant de Cosmos.

                        IL Y A TROIS NIVEAUX DE CERTIFICATION POUR LA COSMÉTIQUE NATURELLE ET BIOLOGIQUE SELON LE REFERENTIEL NATRUE

                        NaTrue a défini les critères de certification pour apposer son label en établissant trois catégories de certification qui répondent à une définition rigoureuse de la cosmétique naturelle et biologique.

                        Ces critères sont transparents et accessibles à tous. Ce label appartient à une société qui n’est pas capitalistique. L’adhésion à NaTrue n’est d’ailleurs pas nécessaire pour obtenir la certification.

                        La certification est établie selon trois classes : la cosmétique naturelle certifiée, la cosmétique naturelle certifiée avec ingrédients biologiques et la cosmétique biologique certifiée.

                        Les cosmétiques certifiés conformes aux critères NaTrue figurent dans la base de données produits du site NaTrue. L’eau n’est pas comptabilisée dans le calcul du pourcentage des ingrédients naturels et biologiques, et c’est là la différence avec Cosmebio et Cosmos, les produits certifiés ne contiennent que des ingrédients naturelles, des ingrédients transformées d’origine naturelle et des substances nature-identiques, même si transformés. Les teneurs minimales et maximales sont définies de manière stricte pour chaque classe de produit.

                        Le Comité scientifique NaTrue a élaboré des règles, dont il est chargé d’assurer la mise à jour. La gestion du label Natrue se fait par des organismes régionaux, comme en Allemagne, l’union professionnelle allemande de l’industrie des cosmétiques et des produits de soin (IKW) – en Italie, le Research and Cosmetological Technologies (RTC). Le contrôle des produits finis et des procédés de fabrication est assuré par des organismes de certification indépendants.

                        Le label Natrue propose 3 classes de certification (du plus au moins strict) :

                        – Cosmétiques bio: au moins 95% des ingrédients naturels proviennent de cultures biologiques contrôlées et/ou d’une cueillette sauvage contrôlée.

                        – Cosmétiques en partie bio : le pourcentage descend à minimum 70%.

                        – Cosmétiques naturels : les matières premières naturelles sont de préférence bio. Ce niveau autorise une plus grande part de produits transformés d’origine naturelle.

                        Demeter Les matières premières qu’elles soient animales ou végétales doivent provenir de l’agriculture biodynamique ou biologique, à défaut. Le label interdit les ingrédients dérivés du pétrole, les nanoparticules, les procédés agressifs et irritants… L’impact du produit sur l’environnement et sur l’écologie est aussi diminué à toutes les étapes : production, emballages, eaux usées…

                        Natrue et Bdih :

                        Alors que le Bdih est l’organisme certificateur et offre aussi un label officiel, essentiellement présent en Allemagne et dans le nord de l’Europe, le logo Natrue est un nouveau logo qui a vu le jour en 2008 pour permettre une identification plus précise des cosmétiques naturels et bio.

                        Il est dommageable que Natrue n’ait pas suivi la création européenne de cosmos, disant que cosmos est trop compliqué. Mais le bdih propose quand même la certification Cosmos à ses clients, signe d’une évolution importante au niveau européen.

                        Il suffit de lire avec attention les mentions inscrites sous chaque logo pour bien comprendre ce que contient le cosmétique en présence. 


                        Respect de la vie animale et lutte contre la cruauté animale Cruelty Free Le respect des animaux est une préoccupation des plus importantes chez Monde Bio. Il est par contre très difficile de bien comprendre les différentes informations données sur le sujet des tests de produits sur les animaux. Au milieu des différentes législations, des différents labels et des exceptions que nous trouvons selon les différents pays, il est important de faire le point de la situation. L’Europe a légiféré sur l’absence de tests sur les animaux en ce qui concerne la commercialisation de cosmétiques, par contre, i existe encore des pays (comme la Chine) qui imposent des tests sur les animaux pour autoriser la commercialisation des produits cosmétiques dans leur pays.

                        Il existe de nombreux labels de protection de la vie animale et les différentes marques de cosmétiques bio y adhèrent en fonction de leur convenance.

                        On peut dire que cette adhésion à ces labels permet de faire le tri dans les différentes marques les plus engagées et qui refuseront un quelconque test sur les animaux même pour commercialiser leurs soins cosmétiques bio en Chine. Le cadre réglementaire des tests cosmétiques sur les animaux.

                        Depuis 2009, il est interdit de vendre, dans l’Union Européenne, des produits cosmétiques contenant des ingrédients qui auraient été testés sur des animaux, et ceci quel que soit le lieu de l’expérimentation.

                        Les labels présents en Europe :

                        ll existe 2 types de logos :

                        – les labels qui certifient la marque dans son ensemble, comme le label One Voice qui permet une certification d’une gamme complète ou d’un produit et n’importe où il sera vendu.

                        One Voice mène de ce fait depuis plus de 10 ans une lutte engagée et non violente pour défendre les droits fondamentaux des animaux et pour la dignité de chaque individu. Son engagement s’inscrit dans l’unité des combats pour les animaux, les humains et la planète, chère à son parrain qui n’est autre que Théodore Monod.

                        – Les labels qui surveillent toute la vie du produit des ingrédients au produit fini, et ceci produit par produit. Les labels PETA Cruelty-Free, IHTK, Choose Cruelty-Free et Leaping Bunny certifient uniquement des marques dans leur totalité. Les labels PETA Cruelty-Free, Choose Cruelty-Free et Leaping Bunny interdisent la commercialisation dans un pays obligeant les fabricants aux tests sur les animaux.

                        PETA Cruelty-Free

                        Qu’est-ce que la Beauté sans les lapins?

                        Bienvenue, chers consommateurs! En achetant uniquement des produits sans cruauté animale, vous allez aider à sauver des lapins, des souris, des cobayes, des rats et d’autres animaux qui subissent des tests atroces et une vie de souffrance. Mais comment savez-vous quelles entreprises et produits sont sans cruauté animale? Le programme Beauty Without Bunnies de PETA est la ressource ultime pour les consommateurs consciencieux et engagésafin de faciliter la recherche de produits exemptes de cruauté animale. Avec la base de données en ligne consultable de PETA, vous pouvez rechercher par nom de société ou par type de produit pour savoir quels produits sont exemptes de cruauté animale. Et lorsque vous visitez les magasins, cherchez le logo beauty without bunnies de PETA. Ce logo signifie que le produit a été fabriqué et mis au point sans test sur des animaux. 

                        Les Tests sur des animaux

                        Des centaines de milliers d’animaux sont empoisonnés, aveuglés et tués chaque année au cours de tests archaïques pour tester les produits cosmétiques, les produits de soins personnels, les produits de nettoyage ménagers et même les jus de fruits. Bien que plus de 1 700 entreprises aient interdit tous les tests sur les animaux, certaines entreprises font encore de la résistance et continuent à pratiquer des tests sur les animaux. Il faut donc s’engager pour demander aux producteurs de cosmétiques d’interdire les tests cosmétiques sur les animaux aux États-Unis! Le label Leaping bunny : 

                        En 1996, les consommations «sans cruauté animale» commencaient à devenir populaires, mais c’était également déroutant, parfois trompeur et finalement frustrant. Les entreprises ont commencé à concevoir leurs propres logos de lapins, respectant leur propre définition de «sans cruauté animale» ou «amis des animaux» sans la participation de groupes de protection des animaux et sans de véritables contrôles d’organismes indépendants.

                        En réponse à cela, huit groupes nationaux de protection des animaux se sont regroupés pour former la Coalition pour l’information des consommateurs sur les cosmétiques (nommé en anglais le CCIC). Le CCIC promeut une norme globale unique et un logo international reconnu nommé leaping bunny. Cette coalition travaille avec les producteurs pour faciliter la commercialisation de produits compatibles avec l’absence de cruauté sur les animaux, tout en améliorant la qualité des cosmétiques mis sur le marché. 


                        La Certification VEGAN
Le label Eve Vegan permet d’identifier les produits végans rapidement. Il offre aux entreprises un moyen de valoriser leurs produits et de garantir une qualité végane vérifiée auprès des consommateurs. En effet le label Eve Vegan est le seul logo français ayant une valeur de contrôle équivalent aux organismes de certification étrangers. Concrètement, EVE VEGAN délivre un certificat de conformité végan aux entreprises contrôlées qui donne un droit d’exploitation du label pendant une durée limitée.

                        Différents organismes existent en Europe pour certifier des produits VEGAN et de nombreux fabricants ont créé leur propre logo afin d’identifier eux même les produits propres à la consommation Vegan ou pas. Le futur sans viande : Le pourcentage de consommateurs à la recherche de produits véganes est en constante progression. Cette population présente de multiples comportements de consommation en relation avec l’évolution de la société, l’éducation, l’augmentation de l’intérêt pour le respect des animaux, l’augmentation de l’intérêt pour les produits écologiques, biologiques et la recherche d’une meilleure alimentation. Cette population comprend largement :

                        – les consommateurs végétariens, végétaliens et véganes ;

                        – les consommateurs ayant pris la décision de réduire leurs apports en produits d’origine animale (flexitariens) ;

                        – les consommateurs sujets à des allergies aux produits d’origine animale ;

                        – les consommateurs de produits biologiques et écologiques ;

                        – les consommateurs de produits non testés sur les animaux ;

                        – les consommateurs ayant une pratique religieuse assidue (bouddhistes, musulmans, juifs, hindous…) ;

TEXTILE

OEKO-TEX 100 

Il s’agit du premier label visant à garantir des textiles sans produits toxiques pour le corps et pour l’environnement.C’est un label fiable mais qui peut aussi certifier des matières synthétiques et donc polluantes… 

GLOBAL ORGANIC TEXTILE STANDARD (GOTS)

Label mondial qui  certifie l’origine biologique des textiles. Ils doivent être composés d’un minimum de 75% de matière bio.Il assure également qu’à toutes les étapes de production et transformation du textile les procédés de production utilisés soient socialement responsables et respectueux de l’environnement (les métaux lourds, les formaldéhydes, les enzymes OGM et les amines cancérigènes sont interdits).C’est un label fiable prenant en compte des critères environnementaux et humains.

MAX HAVELAAR

C’est le label du commerce équitable. Il garantit que le produit répond aux critères internationaux du commerce équitable portant sur les conditions de production et la rémunération du producteur. Il garantit le respect des conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT).C’est un bon label, mais il est moins exigeant sur les critères environnementaux : les OGM sont interdits, mais pas les pesticides.

BIO EQUITABLE Ce label garantit une production biologique de la matière première, notamment du coton. Il applique également une charte équitable et humaine qui concilie l’écologie et le social. Dans une logique globale, le label implique tous les acteurs de la chaîne.

MADE IN GREEN 

Oeko-Tex a également créé une nouvelle certification Made in Green. Elle est l’assurance que les textiles sont sûrs pour la santé des consommateurs (sans produits chimiques nocifs) et sont également produits de manière durable et socialement responsable. Grace à l’utilisation d’un numéro de test spécifique et un QR code, les textiles et les processus de fabrication peuvent être détaillés et suivis.Made in Green remplace l’ancien système de certification, Oeko-Tex Standard 100 Plus et le label espagnol Made in Green by Aitex.

ECOCERT

C’est un label qui agit sur la défense du consommateur, de l’environnement et des travailleurs.Il a donc plusieurs objectifs. Le premier est de protéger la planète et ses ressources en utilisant au minimum 70% de fibres naturelles ou issues de matériaux renouvelables ou recyclés. Mais également en définissant une politique environnementale imposant la réduction des consommations en eau et en énergie, en utilisant des colorants, agents textiles et procédés de fabrication respectueux de l’environnement et de la santé du consommateur.Il agit également en garantissant les principales conventions internationales en matière sociale, d’hygiène et sécurité au travail.

Enfin, il a un rôle de protection et d’information du consommateur en fournissant une information claire sur la nature des fibres composant le produit et en interdisant l’emploi de substances dangereuses (ex : métaux lourds, amines cancérogènes, formaldéhydes, enzymes OGM, …).

BIORE 

C’est un label suisse qui possède des garanties écologiques, éthique et social. Il certifie la matière première du coton dont la production est issue de l’agriculture biologique.

Au niveau environnemental, il certifie l’absence de produits chimiques pour la teinture et un traitement des eaux usées avant leur rejet dans la nature.

Il a également un rôle social en garantissant de bonnes conditions de travail (pas de travail des enfants, sécurité du travail, salaires minimaux…).

Il assure également la traçabilité des produits. On peut même savoir qui a fabriqué le vêtement en se rendant sur le site du label.

ECOLABEL EUROPÉEN

Ce label européen évalue l’impact environnemental des produits tout au long de leur durée de vie. Il repose sur le principe d’une approche globale qui « prend en considération le cycle de vie du produit à partir de l’extraction des matières premières, la fabrication, la distribution, et l’utilisation jusqu’à son recyclage ou son élimination après usage« .

Ce label ne concerne que l’environnement et n’offre aucune garantie sociale.

ORIGINE FRANCE GARANTIE

C’est le label officiel pour garantir une fabrication française en totalité ou en partie. C’est une garantie contre le faux made in France et donc pour la préservation de l’emploi et du respect de normes sociales, environnementales et sanitaires.

Il certifiequ’au moins 50% du produit est bien fabriqué en France. L’autre moitié du produit peut être confectionné ailleurs…  On peut regretter que ce label ne s’applique pas à 100%.

DEMETER

Le label Demeter est très exigeant. Il implique que la matière première du textile (les fibres de laine, de coton ou de lin) soient issues de fermes certifiées Demeter, selon un cahier des charges plus exigeant que celui de l’agriculture biologique certifiée par le logo AB.

Le coton doit êtrerécolté à la main, la mécanisation étant possible seulement lorsque l’usage de produits chimiques est exclus. Les fibres animales doivent être tondues ou peignées.

Le label Demeter textile peut être accordé à des produits contenant desfibres naturellesconventionnelles qui ne seraient pas disponibles sous label Demeter jusqu’à hauteur de 50 %.

NATURTEXTIL

Ce label répond à un cahier des charges strictes et rigoureux.

Les textiles labellisés ont au moins 95% de leurs fibres issues de l’agriculture biologique ou en conversion. A chaque étape du process de production, il doit être vérifié que les fibres biologiques et conventionnelles ne sont pas mélangées, et que les fibres biologiques ne sont contaminées d’aucune manière.

Le processus de fabrication des vêtements est également très contrôlé. Les substances tels que le chlore, les métaux lourds, le nickel sont interdites, ainsi que tout produit susceptible de contenir des OGM.

Sur le plan environnemental, les partenaires sont soumis à une charte très stricte d’enregistrement permanent concernant l’utilisation des produits chimiques et de l’énergie, la consommation d’eau et le traitement des eaux usées. Les matériaux de stockage ne doivent pas contenir de PVC. 

Enfin, le label contrôle également les conditions de travail: respect des droits des salariés, interdiction du travail forcé (tout comme le fait d’exiger des travailleurs qu’ils laissent leurs papiers d’identité à leur employeur), lieu de travail sécurisé et sain, travail des enfants est interdit, toute discrimination, de quelque nature qu’elle soit (absence de promotion, différence de rémunération,..) n’est autorisée,…

NATURLEDER 

C’est le premier label à certifier du cuir écologique.

Il permet de limiter fortement les impacts d’une industrie très polluante. Il garantit une conservation des peaux se fait par le froid et avec du sel, sans agents chimiques.Le tannage à base de chrome ou d’autres produits polluants est interdit. Seuls sont autorisés les produits végétaux et ceux avec de l’aluminium, du zirkonium ou du titane. Les colorants contenant des métaux lourds sont également proscrits.

Ce label garantie également que les peaux doivent appartenir à des animaux élevés d’abord pour leur viande.

Enfin ce label possède les mêmes critères sociaux que le label textile précédemment décrit.

SOIL ASSOCIATION ORGANIC

C’est le plus important label bio au Royaume-Uni. ll certifie des produits biologiques et mène campagne pour une agriculture respectueuse de l’environnement ainsi que pour une production alimentaire plus sûre et plus saine.

Concernant le textile, au moins 70 % de fibres doivent être biologiques, et ne pas contenir de substances nocives.

Ce label prend également en compte des critères sociaux et respecte les conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT).

ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT (EPV)

Le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) est un label français. C’est une marque de reconnaissance de l’Etat distinguant des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.Il distingue notamment les savoir-faire traditionnels de qualité (comme la dentelle).  Les Entreprises du Patrimoine Vivant maintiennent leur activité de production en France.

FAIR WEAR FOUNDATION (FWF)

Fair Wear Foundation est une fondation qui travaille au respect des conditions de travail décentes dans les entreprises. Son objectif est de contribuer à l’amélioration des conditions de travail dans l’industrie textile.

Pour cela elle a crée un Code des Conditions de Travail (Code of Labour Practices) que les marques s’engagent à respecter. Les grands principes de ce code sont les suivants : interdiction du travail forcé, pas de discrimination à l’emploi, liberté syndicale, conditions de travail décentes (hygiène, santé), travail des enfants est interdit, temps de travail et salaires contrôlés, toute discrimination interdite.

La FWF s’engage ensuite à vérifier l’application de ces principes dans les usines de filature et de confection de textiles.

MADE IN RESPECT

L’objectif de ce label est de permettre aux petites entreprises, notamment industrielles, de disposer d’un outil de valorisation de leurs démarches éthiques de responsabilité sociale et environnementale (RSE), facile à mettre en place, peu coûteux et fiable.

Les critères associent des aspects liés à la qualité et au savoir-faire, aux conditions sociales, à l’éco-conception et au respect de l’environnement ainsi qu’à l’éthique économique. 

Ces principes vise ainsi à promouvoir des produits fabriqués dans une démarche véritablement durable.

ORGANIC

C’est une organisation américaine visant à promouvoir l’utilisation du coton biologique et qui est soutenu par des marques telles que Nike, Walmart, H&M, Adidas, Patagonia, Marks&Spencer… Il s’agit de disposer d’une norme permettant d’accéder facilement à du coton bio.

Cette certification garantit un taux de coton biologique dans le produit fini mais ne garantit pas les étapes de transformation du textile et notamment la teinture.Elle ne comporte pas d’éléments concernant les conditions sociales de production.C’est donc un label peu fiable.