L’interview beauté de Pénélope Leprevost

Pénélope Leprevost, championne olympique en sauts d’obstacles, par équipe à Rio en 2016,  et vice championne du monde en 2014, nous livre ses secrets de beauté.

Quelle est votre type de peau ?

J’ai la peau plutôt sèche et qui marque facilement. Protection et hydratation sont mes maitres mots au quotidien, et en particulier en hiver puisque je passe le plus clair de mon temps à l’extérieur.

Quel est votre rituel beauté ?

Je ne sors pas sans avoir bien hydraté ma peau, au moins celle de mon visage. Comme je vis à 200 à l’heure, j’ai besoin d’efficacité… Et de rapidité ! Une brumisation d’eau cellulaire puis une noisette de crème hydratante (Crème Vitale à la Gelée Royale, Institut Esthederm), et hop c’est parti.

On trouve quoi dans votre trousse de toilette ?

Je suis en concours aux quatre coins du monde chaque semaine, du jeudi au dimanche, alors ma trousse de toilette est toujours prête ! J’y importe mes indispensables : un spray d’eau cellulaire, une crème hydratante à la gelée royale, un contour des yeux (lift and repair, esthederm), du fond de teint (fond de teint perfection, 33 moyen, Sephora), un crayon pour les yeux et un parfum d’homme (La Nuit de l’Homme – Guerlain) !

 

Vos soins préférés ?

Les patches pour les yeux d Institut Estherderm, magiques après une nuit dans l’avion et un retour à la maison beaucoup trop tôt le matin.
J’aime aussi prendre soin de mes cheveux, mis à rude épreuve par les lissages répétés (ils sont frisés au naturel !) comme le masque All soft de Redken et les soins thermo actifs, rapides et efficaces (Hot Sets 22 – Redken).
Comment protégez-vous votre peau au quotidien ?

J’ai la chance d’avoir une peau naturellement assez mate et je bronze facilement. J’utilise la crème Bronz Repair chaque jour, dès que le soleil commence à pointer le bout de son nez.

Est- ce que vous vous maquillez souvent ?

Au quotidien assez peu, un peu de fond de teint simplement, comme une seconde peau. Etre cavalière, ce n’est pas faire quelques heures de sport par jour, mais passer ses journées entières au milieu d’une écurie, alors entre la poussière, le vent , la pluie, le soleil, l’eau… On prend l’habitude de vivre au naturel ! Mais je tiens à prendre soin de moi avant tout !

Quels produits utilisez-vous ?

J’utilise un fond de teint Sephora, teinte 33 moyen en hiver et 35 bronze en été.
Vos spots bien-être ?

Je voyage énormément, mais malheureusement je n’ai pas le temps de passer par la case spa… Quand je suis en compétition, je commence la journée très tôt, vers 6h du matin, pour monter une première fois les chevaux sur la piste avant leur épreuve. Le but est de les détendre, de leur montrer l’environnement, de faire un peu de stretching. Ensuite je rentre à l’hôtel prendre un peu petit déjeuner et me reposer une heure ou deux… Puis place à la compétition !

Que faites-vous pour vous détendre ? 

Je fais assez peu de massages parce que je n’aime pas trop ça… Me faire masser, ce n’est pas pour moi. En revanche, je vois régulièrement une kiné et une somatopathe. Ca m’aide à apaiser les tensions, à limiter les contractures… En fait, je me suis blessée lors de ma chute pendant les jeux olympiques, une sorte de déchirure musculaire à la cuisse, assez importante, et j’ai dû arrêter de monter pendant presque 3 semaines. C’était la première fois de toute ma vie ! Moi qui n’avais jamais eu de vrais problèmes avec mon physique, ça m’a quelque part fait prendre confiance qu’il fallait peut être que j’apprenne à m’écouter, à prendre un peu plus soin de moi…

 

Et dehors de l’équitation ? 

Je vais courir un peu de temps en temps, quand j’ai un moment, près de chez moi puisque j’ai la chance d’habiter à la campagne. Ca me permet de rester en souffle et puis ça me vide la tête !

 

Avez-vous un coach ? 

Je travaille depuis de longues années avec le cavalier Michel Robert, qui est mon mentor, plus qu’un coach, car il est très rarement présent physiquement à mes côtés. Il s’agit plutôt d’un échange, à la fois technique et mental.

En revanche, après les Jeux Equestres Mondiaux de 2014, j’ai ressenti le besoin d’être suivie, d’avoir quelqu’un à mes côtés pour gagner en compétitivité et m’éviter les doutes. Je travaille donc depuis avec Henry et Katie Prudent. Henry vient aux écuries avant et pendant les grandes échéances, nous parlons de la forme des chevaux, de leur évolution, avant d’enchainer sur une séance de travail. C’est bon d’avoir un oeil extérieur, quelqu’un qui sait prendre du recul et pointer certains détails qu’on ne voit plus par habitude.

 

Côté nutrition, qu’est ce que l’on trouve dans votre assiette ?

Question piège ! Je suis un mauvais exemple, je mange assez peu et assez mal : pizzas, pâtes, sandwichs sur les aires d’autoroute et fast food… Mais depuis environ un an, j’ai arrêté de fumer et j’essaye de faire des efforts sur mon hygiène de vie, de manger plus sain comme du poisson frais… Par contre, inutile d’espérer me faire manger de la salade ou des haricots verts !!

 

 

La Fashionerie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *